Le dilemne gamer / cinétose

C’est quoi le problème?

Le mal de mer est un phénomène très connu et plutôt banal. Tout le monde l’a déjà expérimenté d’une manière ou d’une autre mais chez certaines personnes il peut être déclenché par différentes sources.

La plus connue : la nausée et la somnolence ressentie lorsque l’on lit en voiture ou que l’on se trouve sur un bateau qui tangue un peu trop.

La moins connue : les simulations et les sources vidéo.

Dans les deux cas, ce trouble se nomme cinétose et est dû à une réponse inadaptée du cerveau, liée à une opposition entre les informations fournies par les yeux et celles données par le vestibule (organe de l’équilibre situé dans l’oreille interne).

Par exemple :

  • Les données transmises par les yeux
    Ceux-ci perçoivent un mouvement (ex. : ils voient les virages dans lesquels la voiture s’engage).
  • Les renseignements envoyés par le vestibule (organe de l’équilibre situé dans l’oreille interne)
    Celui-ci enregistre une impression contraire à celle communiquée par la vue (ex. : en voiture, il estime que le corps ne bouge pas). De ce fait, il ne peut pas donner au cerveau des informations exactes sur la position du corps. Cela empêche l’organisme de s’adapter au mouvement, comme il le fait d’habitude lors d’un déplacement.

… et comme le cerveau est (parfois) bien foutu, lorsqu’il reçoit des informations contradictoires il repasse en mode “self-défense” et déclenche un mécanisme de protection instinctif hérité de nos ancêtres : confusion des informations dans le cerveau = empoisonnement probable = expulsion du poison -> nausées/vomissements ou somnolence afin de forcer le repos. Simple, efficace, imparable!

Sauf qu’avec les nausées induites par la cinétose, les vomissements ne soulagent pas les nausées et les vertiges…. Bref, c’est pas cool.

Mais pourquoi en parler là, maintenant, ici?… Parce que votre serviteur ici présent est un cas relativement extrême doublé d’un geek, triplé d’un gamer. Et que par conséquence, je suis très exposé à ces désagréments au quotidien.

Souffrir de cinétose et jouer aux jeux vidéo (et aux FPS particulièrement), regarder des films avec l’effet “caméra à l’épaule” ou encore se frotter aux casques de RV, devient vite un problème qu’il faut apprendre à anticiper et à dominer d’une manière ou d’une autre.

Pour éviter que cette réaction en chaine ne se produise, il faut ruser et tromper le cerveau pour que le lien vision/oreille-interne ne pose plus de problèmes.

Traiter les causes:

  • Comme pour le mal des transports, pour lequel on recommande de cesser de fixer un point proche et de porter son regard sur un point proche de l’horizon, quitter l’écran des yeux pour fixer un élément fixe est la première solution d’urgence. Cette technique est très lente et les effets ne s’estomperont qu’après 15 à 30 minutes. Il vaut mieux régir dès que les symptômes se font sentir (bâillements, nausée légère) car si vous persistez trop longtemps, cette technique ne fonctionnera plus.
  • Dans les FPS proposant ces options, il faut adapter le “Field of View” afin de compenser le décalage entre ce qu’il se passe à l’écran et la perception humaine naturelle. Une bonne technique est de l’augmenter afin d’éviter l’effet “jumelle”. Libre à vous de l’ajuster selon votre sensibilité.Pour comprendre comment cela influence votre perception, revenons sur les bases: lechamp de vision (field of view) humain est d’environ 270° au maximum (en bougeant lesyeux – ce que l’on ne fait pas beaucoup devant un écran). Le champ de vision stéréoscopiquece situe plus dans les 120° et laisse la vision périphérique distinguer approximativement lesmouvements, les formes et les couleurs.Dans ces 120°, vos yeux voient une image en mouvement. Si cette image occupe une partie important de votre champ de vision, votre cerveau va considérer que c’est la réalité et que c’est votre corps qui est en mouvement. Si cet espace est réduit, il considérera que c’est, par exemple, une fenêtre. Ce qui amène au conseil suivant:
  • Mettre une certaine distance entre l’écran et vous. Cela se remarque d’ailleurs dans le fait que le phénomène de “mal-de-mer” est nettement moins présent chez les joueurs consoles car souvent l’écran est situé plus loin que chez les joueurs pc.
  • Dans une salle de cinéma, préférez les places du fond sur la droite ou la gauche. Et dans le cas d’un film ou la caméra bouge énormément, … restez chez vous. Et si c’est chez vous, allez au cinéma voir autre-chose!
  • Toujours dans les FPS, donnez des points de repères fixes à votre cerveau pour l’aider à faire la différence entre réalité et simulation. Rajoutez des éléments dans le HUD comme le réticule de visée par exemple. Supprimez le “bobbing” de la caméra et les flous de mouvement.
  • Si vous devez investir dans un casque de réalité virtuelle, votre argument de poids sera la latence. Une trop grande latence entre vos mouvements de tête et les mouvements à l’écran et c’est la cata assurée!

Les traitements de Papy Luke:

  • Anticipativement, des antiémétiques (motilium ou plus naturels comme le gingembre) ou des antihistaminiques.
  • Eviter de fumer ou de boire de l’alcool
  • Manger léger et bien s’hydrater (eau, pas de boissons trop sucrées)
  • Biofeedback – Il s’agit d’une technique d’intervention spécialisée. Elle se distingue des autres méthodes d’autorégulation par l’utilisation d’appareils (électroniques ou informatiques) comme outils d’apprentissage (ou de rééducation). Ces appareils captent et amplifient l’information transmise par l’organisme (température corporelle, rythme cardiaque, activité musculaire, ondes cérébrales, etc.) et les traduisent en signaux auditifs ou visuels. Témoin de ces signaux, le patient parvient ainsi à décoder les messages de son corps. Avec l’aide du thérapeute, il peut ensuite apprendre à moduler ses propres réactions physiologiques.
  • Augmenter sa tolérance par la répétition des expositions et l’augmentation progressive des durées.
  • Ne pas investir dans un écran trop grand si vous êtes à moins d’un mètre de celui-ci. Ça fera du bien à votre estomac, à votre tête et à votre portefeuille!

Voilà!

L’image en une vient de l’article suivant : https://generation-vr.com/news/20-cinetose-et-realite-virtuelle-pourquoi-jai-des-nausees-avec-loculus-rift.html

4 Commentaires sur "Le dilemne gamer / cinétose"

  1. spiNOops 14 décembre 2015 à 12 h 58 min - Reply

    Merci pour cet article, ça va m’aider pour Fallout 4 🙂

  2. Olivier B 8 avril 2018 à 16 h 10 min - Reply

    Bonjour

    Je dois être sérieusement atteint car je ne peux jouer à quasiment aucun jeu, hormis Dark souls et tant mieux car c’est mon favori.
    J’ai débuté monster Hunter Word récemment et c’est la cata!
    Donc merci pour les conseils et si qqn en a d’autres je suis preneur

  3. Luke 9 avril 2018 à 8 h 14 min - Reply

    Avec plaisir! Notre mission est remplie si nos émissions / articles peuvent vous aider ou vous faire découvrir certaines choses 🙂

    A bientôt!

  4. Rudy 5 avril 2019 à 12 h 52 min - Reply

    J’ai eu le mal de mer avec ballonnement de l’estomac quand j’ai joué à DOOM.

    3 écrans incurvés de 27 pouces, 1ms, 144hz.
    Moins d’1 mètre des écrans.

    Points positif est le champ de vision complet 🙂

    A la recherche du pourquoi?
    Je suis tombé ici.
    Merci pour tes conseils.

    A moi de m’éloigner, 1 point fixe et manger du gingembre 🙂

    Bon game

Laissez un commentaire